France President Receives Algerian Steel Tycoon Issad Rebrab (US)France President Receives Algerian Steel Tycoon Issad... For the second time France President Francois Hollande  received Issad Rebrab , President and CEO of the Algerian Conglomerate  CEVITAL in the Elysée Palais for a Strategic Conference  to invite foreign Companies...

Readmore

Algerian Steel Group Cevital Bids to buy Lucchini's plant for € 300 Millions (US)Algerian Steel Group Cevital Bids to buy Lucchini's... Algerian food processor Cevital has filed a binding bid to acquire Lucchini's steelmaking plant in Piombino in Italy's Tuscany region, as announced by Lucchini on October 20. Lucchini added that special...

Readmore

FOMAS's CEO Jacopo Guzzoni Growth Strategy (US)FOMAS's CEO Jacopo Guzzoni Growth Strategy (US) Simon Ormerod, left, CEO of Ajax Rolled Ring and Machine in York talks with Jacopo Guzzoni, CEO of the FOMAS Group of Italy on Tuesday. The FOMAS Group recently purchased the York facility. (Credit Photo...

Readmore

France : Saint-Pierre-Montlimart explored for signs of gold (US)France : Saint-Pierre-Montlimart explored for signs... Variscan Mines Ltd., an Australian company that deals with exploration and mineral deposits development, has started to search a field near Western France's Saint-Pierre-Montlimart. The search is being...

Readmore

Printed titanium aircraft parts challenge forging strength with reduced cost (US)Printed titanium aircraft parts challenge forging strength... (Credit Photo @ The Engineer) The costs and waste associated with producing complex titanium alloy components for aircraft could be reduced if those parts were made using additive layer manufacturing....

Readmore

Tesla rewards Saint Jean Industries for its aluminum  component quality (US)Tesla rewards Saint Jean Industries for its aluminum... This Wednesday, Oct. 15 in Fremont, California, the Tesla’s CEO Elon Musk rewarded Emile Di Serio, Saint Jean’s CEO, for the quality of the aluminum chassis components  which are supplied to the...

Readmore

twitter

Propriétés d’emploi de l’acier M30NW d’Aubert et Duval

Category : Recherche & Développement

m30nw

(Credit Phoro @ Aubert et Duval)

  • Acier inoxydable austénitique présentant une haute tenue à la corrosion, alliée à des caractéristiques mécaniques élevées.
  • Cet acier fait l’objet d’une sélection rigoureuse des matières premières et d’une élaboration comprenant une refusion par électrode consommable, permettant de garantir le très haut niveau de qualité indispensable à la réalisation d’implants chirurgicaux.
  • Grâce à sa composition et à l’absence de ferrite, cet acier possède un amagnétisme
    total ainsi qu’une très bonne tenue à la corrosion par piqûre et crevasse en milieu physiologique (Cr% + 3,3Mo% + 15N% > 32).
  • La stabilisation par le niobium procure une excellente résistance à la corrosion intercristalline.
  • La combinaison des méthodes d’élaboration et de transformation permet d’obtenir un matériau homogène, à grains fins et à très faible teneur inclusionnaire. Il en résulte une tenue en fatigue élevée particulièrement intéressante pour la réalisation des pièces sollicitées.

Source : Aubert & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

M30NW, le superalliage d’Aubert & Duval séduit l’industrie horlogère suisse

Category : Actualités

paul-gisimundo-responsable-du-tout-nouveau-centre-horloger-rue-dassier

Paul Gisimundo responsable du tout nouveau centre horloger rue Dassier (Credit Photo @ Blog Horloger.ch)

A ce niveau-là de dureté, supérieure au titane grade 5, il serait incongru de parler encore d’acier.La matière que vient d’identifier le team en charge des formations horlogères à l’IFAGE (Formation pour adultes, Genève), porte le nom de M30NW. De cet alliage, développé par Aubert & Duval, filiale auvergnate d’un groupe minier réputée pour ses solutions métallurgiques innovantes, est née une montre école étonnante, lancée au salon international EPHJ-EPMT. Un symbole du degré de compétitivité de l’institution dans ses trois métiers fétiches, l’usinage, l’horlogerie et le polissage. Car travailler le M30NW, à l’origine réservé aux implants médicaux, relève du défi. Matériau austénitique contenant du Niobium et du Tungstène, inoxydable et réfractaire à toute corrosion tout en conservant ses propriétés mécaniques, il est de surcroît amagnétique. Autrement dit, il sera possible de passer un IRM en gardant sa montre! Pas tout à fait, puisqu’elle sera habitée par un mouvement ETA 6497 classique. «Nos élèves feront la carrure, la couronne, le bracelet et le fermoir qui réservera une belle surprise d’ingéniosité», assure Paul Gisimundo responsable du tout nouveau centre horloger rue Dassier.

Source : Blog Horloger.ch

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

AUBERT & DUVAL will be at the FARNBOROUGH International Airshow 2010 (US)

Category : Salons & Expositions

farnborough

AUBERT & DUVAL will be at the FARNBOROUGH International Airshow, which takes place from 19th to 25th July 2010, to present their specialist aeronautics knowledge and expertise. The Farnborough International Airshow is one of the most important events in the aviation and aerospace calendar; it takes place in Farnborough, UK every two years, alternating with the Paris Airshow (Salon de Paris-Le-Bourget) in France. As partners of some of the biggest names in aeronautics, AUBERT & DUVAL will of course be attending what is a major event for its clients. As a specialist in the design and manufacture of parts and long products in special steels, superalloys and aluminium or titanium alloys, AUBERT & DUVAL will present their aviation and aerospace range, including structural reinforcement, landing gear and engine products at the Airshow. Cutting-edge metallurgical solutions and an unfailing quality control system enable Aubert & Duval to guarantee performance and safety in aircraft, helicopters and satellite launchers. The Airshow will give AUBERT & DUVAL the opportunity to promote their new grades (MLX 17, MLX 19, ML340, XD15NW, CX13VDW) and their specialist skills in the closed-die forging of large aluminium-lithium or titanium parts.

Source : Aubert & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Deux prix scientifiques pour une thèse au CEMEF

Category : Recherche & Développement

elie-hachem

Elie Hachem s’est illutré dans un projet coordonné par 7 industriels (Industeel, Creusot Forge, EDF, Terreal, Snecma, Manoir Industries et Aubert & Duval), et la  société S&CC, éditrice de logiciels industriels  (Credit Photo @ Raul Pinto)

Elie Hachem distingué par deux prix scientifiques prestigieux. Son travail de thèse, réalisé pour un consortium industriel, portait sur des questions d’optimisation du fonctionnement des installations de chauffage et de refroidissements de fours industriels. Le challenge ? Réduire les émissions de CO² dans le même temps que la production augmente.Deux prix scientifiques ont été décernés au Dr. Elie Hachem pour les solutions scientifiques qu’il a apportées au sein de l’équipe de recherche du Professeur Thierry Coupez à un consortium industriel sur des questions d’optimisation du fonctionnement des installations de chauffage et de refroidissement de fours industriels. Le Dr. Elie Hachem a ainsi obtenu en France le prix de thèse SMAI-GAMNI 2010 (Groupe pour l’Avancement des Méthodes Numériques de l’Ingénieur). Il est également le lauréat du prix ECCOMAS 2010 de la meilleure thèse (European Community on Computational Methods in Appled Sciences), prix européen de référence dans le domaine de la modélisation numérique pour lequel ont concouru des chercheurs de 21 pays européens.

Une étude réalisée pour sept entreprises de l’industrie manufacturière

C’est lors de la cérémonie d’ouverture de la 5ème Conférence Européenne en Calcul de la Dynamique des Fluides qui s’est tenue à Lisbonne, Portugal du 14 au 17 juin derniers qu’Elie Hachem a reçu ce prix prestigieux. A travers ce prix de thèse, la recherche française se positionne au 1er rang européen dans ce domaine scientifique. La maîtrise de l’énergie est en effet un enjeu capital pour l’industrie manufacturière. Réduire les émissions de CO² dans le même temps que la production augmente devient une difficile équation.Sept industriels (Industeel, Creusot Forge, EDF, Terreal, Snecma, Manoir Industries et Aubert & Duval), coordonnés par la société S&CC, éditrice de logiciels industriels, ont fait le choix stratégique de la recherche. Soutenus par l’ADEME, ils ont donné l’étude au CEMEF. Le CEMEF est l’un des centres de recherche de MINES ParisTech, unité mixte de recherche CNRS basée à Sophia Antipolis, spécialisée dans le domaine des procédés et des opérations de transformation des matériaux. Elie Hachem a travaillé sur ce projet très ambitieux techniquement pendant les trois années de sa thèse.

Un challenge : développer une solution globale

Le sujet porte sur l’optimisation du chauffage de pièces dans des fours industriels. Le challenge est dans le développement d’une solution globale. Le procédé est complexe (températures de plus de 1000°C et vitesses de 200km/h) et son analyse reste très empirique. L’amélioration des rendements passe par une compréhension fine de tous les phénomènes interagissant lors de la chauffe ainsi que le développement de méthodes de calcul et de simulation avancées. C’est le travail qu’Elie Hachem et l’équipe Calcul Intensif du CEMEF ont effectué.Les industriels associés au projet ont accès aujourd’hui à cette solution scientifique qui leur permet d’organiser virtuellement le chauffage de pièces dans leurs fours, de créer des scénarios spécifiques tels qu’ouverture de porte, arrêt de brûleur… Elle leur offre un avantage stratégique face à leurs concurrents étrangers grâce à l’optimisation des gammes de fabrication, en termes de coût, délai et qualité des pièces. Cette optimisation s’accompagnera d’une réduction de l’impact environnemental des opérations de chauffage par une meilleure maîtrise de la consommation de gaz et une diminution des rejets de gaz à effet de serre.La grande force de ce nouvel outil est qu’il prend en compte tous les aspects du procédé en ne générant qu’un seul maillage. Ce qui permet de donner des informations à la fois sur les fluides (air, eau, gaz..) et les structures quelque soit le niveau de détail et de complexité du cas étudié. Aujourd’hui, Dr. Elie Hachem poursuit ses recherches au CEMEF en exploitant les résultats obtenus pour les transposer à d’autres applications industrielles et procédés pour l’aéronautique, la biomécanique…

+d’infos

Elie Hachem par courriel Elie Hachem, tel : 04 93 95 74 58,

www.cemef.mines-paristech.fr

Source: WebTimesMedias

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Aubert & Duval membre fondateur de l’AFRC, le nouveau centre de recherche sur le forgeage (US)

Category : Recherche & Développement

afrc22

Aubert & Duval est un des membres fondateurs du nouveau centre de recherche sur le forgeage : AFRC.

 

(Fr)

Plusieurs partenaires dont Aubert & Duval viennent de s’associer à l’Université de Strathclyde (Ecosse) afin de créer un Centre de recherche qui ouvrira ses portes dans le courant de l’année. TIMET s’est également associé à la Scottish Enterprise (Union des Entreprises écossaise) et aux géants de l’industrie mondiale comme Rolls Royce, Boeing et Mettis Aerospace, en qualité de membre fondateur du Centre de Recherche Avancée sur le Forgeage (AFRC) – un centre dédié construit près de l’aéroport de Glasgow, et dirigé par l’Université de Strathclyde. La construction de ce centre contribuera à faire évoluer les procédés de fabrication et permettra de développer de nouvelles techniques de transformation et de forgeage du métal, en vue d’améliorer la performance des pièces entrant dans la composition des projets aéronautiques, automobiles et marines. Basé aujourd’hui à l’Université de Strathclyde, le programme de recherché de l’AFRC a démarré en août 2009, et se poursuivra lorsque les équipes de recherche intègreront le Centre, que chacun désigne déjà  comme l’un des nouveaux instituts leaders dans son domaine. Le professeur Jim McDonald, directeur de l’Université de Strathclyde, a déclaré : « Cette démarche collaborative de recherche et de partage du savoir est la première du genre au Royaume-Uni, elle associera désormais l’excellence technologique de l’Université de Strathclyde à celle des plus grandes compagnies mondiales. » Philippe Héritier, Directeur Technique chez Aubert & Duval, a déclaré : « l’AFRC est un formidable projet associant les universités avec les services de R&D des plus grandes compagnies. Nous avons contribué à la création de l’AFRC afin de développer nos partenariats clients, et développer des programmes leaders de R&D à l’international qui serviront les besoins futurs des marchés.» Le Centre de Recherche Avancée sur le Forgeage est l’exemple même des bénéfices communs que peuvent retirer les universitaires et les  industriels à travailler ensemble. Plus d’informations à propos de l’AFRC sur : www.strath.ac.uk/afrc

 

(US)

New partners including Aubert & Duval have joined forces with the University of Strathclyde (Scotland) on a research centre which will open in Glasgow later this year. TIMET also joins Scottish Enterprise and engineering giants Rolls-Royce, Boeing and Mettis Aerospace as founding partners on the Advanced Forming Research Centre (AFRC) – a purpose-built centre close to Glasgow Airport, and managed by the University of Strathclyde. The construction of the centre will aid manufacturing and developing new technologies in metal forming and forging to improve the efficiency of components for aircraft, automotive and marine projects. Currently situated at the University of Strathclyde, the research programme at the AFRC started in August 2009 and will continue when the research team relocates to the Centre which is expected to be one of the leading institutes in its sector. Professor Jim McDonald, Principal of the University of Strathclyde, said: “This collaborative approach to research and knowledge exchange is the first of its kind in the UK and will harness the engineering excellence of the University of Strathclyde with that of global companies. Philippe Heritier, Aubert & Duval Technical Director, said: “AFRC is a tremendous project linking education and R&D of major companies. We are contributing to the creation of AFRC in order to enlarge our partnerships with customers and to develop international R&D leading programs to fulfil the future market expectations”. The Advanced Forming Research Centre is the perfect example of how educational institutions and businesses can work together for mutual benefit. For more information about the Advanced Forming Research Centre, visit: www.strath.ac.uk/afrc

Source : Aubert & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Aubert & Duval présente sa nuance d’acier martensitique XD15NW pour les applications de roulements (US)

Category : Recherche & Développement

xd15nw1

La nuance Aubert & Duval « XD15NW » présente une haute résistance à la corrosion et à l’usure pour des marchés où le degré de dureté des aciers inoxydables traditionnels à haute teneur en Chrome, comme le 440C, ne répond plus aux nouvelles exigences clients. Notre nuance XD15NW est utilisée depuis plusieurs années pour l’industrie des roulements, pas seulement pour l’aéronautique, mais aussi dans les industries de l’alimentaire, du papier, …

Parmi les applications les plus récentes, nous avons développé :

- des écrous et boulonnerie pour les freins électriques du Boeing B787,
- des roulements utilisés dans des environnements hautement corrosifs,
- des roulements pour les vélos de compétition,
- des vis à billes de grande taille pour des applications Défense.

Cet acier inoxydable martensitique présente simultanément une remarquable tenue à la corrosion et une dureté très élevée.

Le XD15NW offre plusieurs avantages par rapport au 440C :
-     Amélioration de la résistance à la corrosion,
-     Meilleure résistance à la rupture,
-     Meilleure ductilité et réduction des occurrences de criques lors de la trempe,
-     Usinage final amélioré.

La nuance XD15NW est une exclusivité Aubert & Duval.

Pour en savoir plus :
- Brochure Technique XD15NW


(US)

The XD15NW has been developed as a high corrosion and wear resistant grade, for markets where traditional high Cr stainless steels like the 440C are not hard enough to meet our customers’ requirements. The XD15NW grade has been used for several years in the bearings industry, not only in aerospace, but also for food processing, paper industry, aerospace…

The most recent applications relate to:

-  Nuts and bolts for the BOEING 787 electric brakes (through-hardened or surfaceinduction hardened),
-  Bearings used in highly corrosive environments,
-  Bearings for competition bicycles,
-  Large ball-screws for defense applications.

The XD15NW martensitic stainless steel offers outstanding corrosion and wear resistance.

The XD15NW therefore offers several advantages compared to the 440C :

- Improved corrosion resistance,
- Increased fatigue strength,
- Higher ductility and less prone to quench cracking,
- Better polishability.

The XD15NW is an Aubert & Duval proprietary patented grade.

More:
- XD15NW Technical Brochure

Source :  Aubert  & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Pamiers : Coupe de foot Aubert et Duval

Category : Entreprises

aubert-et-duval-pamiers

Le comité d’établissement d’Aubert et Duval a organisé dernièrement son traditionnel tournoi de football interservices. Direction le complexe de la Châtaigneraie pour une journée placée sous le signe du sport et de la convivialité. Pas moins de 130 joueurs étaient en compétition, soit 13 équipes au total. C’est l’atelier estampage qui s’empare de la coupe en battant l’équipe des forgerons sur le score de 2 à 0. « Une journée réussie, qui en appelle forcément d’autres », a indiqué Florent Garcia, organisateur de cet événement qui a tenu toutes ses promesses.

Source : La Dépêche

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Aubert & Duval expose son expertise métallurgique dans l’industrie de la défense au salon EuroSatory 2010 (US)

Category : Salons & Expositions

aubert-et-duval-eurosatory

Leaflet: Steels & Alloys for the Defense industry (Credit Photo @ Aubert & Duval)

Aubert & Duval presents its Defense Solutions

On the occasion of the EUROSATORY Defense Show, beginning from 14th to 18th june 2010, at the Parc des expositions, Paris-Nord Villepinte, AUBERT & DUVAL will present a wide range of defense products and solutions. Since 1992, the EUROSATORY Defense Show has developed as the major international meeting on Defense & artillery industries. The last 2008 edition brought together  about 1210 exhibitors, 2414 visitors and 4500 representatives of armies’ forces from all over the world. As a major partner to the main international defense industries, AUBERT & DUVAL will meet its clients on this event.Aubert & Duval’s vocation is to design, melt, manufacture and market stainless steels products with high mechanical properties in steels, super alloys, aluminum and titanium alloys. We will display upgrades and new equipments developed for the artillery industry.Aubert & Duval’s know-how meets our clients requirements with specific metallurgical solutions for a wide range of products : gun barrels, armored vehicules, tanks, missiles, heavy artillery, barrels, knives, mortars, and also for aeronautics and spatial applications.Visit the Aubert & Duval Booth (Hall 6 stand C540), at EUROSATORY Defense show, from 14th to 18th june, Parc des expositions, Paris-Nord Villepinte.

Source: Aubert & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

First stone of UKAD (US)

Category : Strategy

(Credit Photo @ UKAD)

On 16th april 2010, AUBERT & DUVAL and UKTMP laid the first stone of UKAD, their future titanium ingot processing plant. The plant is expected to open in the autumn of 2011.Georges Duval, president of AUBERT & DUVAL and Bagdat M. Shayakhmetov, president of UKTMP, officially laid the first stone of their new titanium processing metallurgy plant in Saint Georges de Mons, with the Ambassador for Kazakhstan, representatives from EADS AIRBUS and several officials and elected members of associated territorial communities in attendance “We are proud to demonstrate that the project is progressing as expected. Seeing a plant emerge from the ground is always an important event…” said Georges Duval in his welcoming address. The new Franco-Kasakh company UKAD began work on the construction of the plant in mid-January. It required 5,800 hours of engineering, eight months of studies and 60 experts to develop one of the most significant ongoing industrial projects in France, for which 120 suppliers were involved in the tendering process.The future unit will combine safety, ergonomics, quality and economic performance on the 48,000m² site, of which 7,500m² are covered. It will rely on an automated short production cycle that uses the most advanced technology available, including a 4,500 ton forging press. Environmental impact has been a major consideration in the development of the project from its outset: energy recovery furnaces, acoustic insulation, integration into the landscape, solar panel installation projects etc. Georges Duval and Bagdat M. Shayakhmetov reasserted their desire to prepare for the future despite the economic crisis: “UKAD shows the determination of both our companies to prepare for the mid and long term, be ready for the recovery when it comes and build a sustain

Source : Aubert et Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Georges DUVAL prend la présidence de VIAMECA

Category : Recherche & Développement

   

Georges DUVAL, Président de la société AUBERT & DUVAL groupe ERAMET (Credit Photo @ Aubert & Duval)

Georges DUVAL, le Président d’AUBERT & DUVAL (ERAMET), vient d’être élu à la Présidence du pôle de compétitivité VIAMECA pour les deux prochaines années avec une ambition : fédérer les entreprises de mécanique du Grand Massif Central et de Rhône Alpes autour de l’innovation et de la recherche pour contribuer à la promotion de ce territoire au niveau mondial.

 Georges DUVAL, Président de la société AUBERT & DUVAL (ERAMET), spécialiste de la métallurgie haut de gamme, vient d’être élu à la présidence de VIAMECA pour les deux prochaines années en remplacement d’André MALET dont le mandat arrivait à son terme.  Dans son discours d’introduction, Georges Duval a tenu à saluer « le dynamisme et l’enthousiasme du Président sortant, André MALET,  à la présidence de VIAMECA» et a souligné son action de construction d’une équipe motivée et très efficace. Cette efficacité s’est en effet matérialisée dans les chiffres 2009 : 21 projets retenus, représentant les collaborations entre 49 entreprises et 38 laboratoires et centres techniques. Ces 21 projets ont permis de mobiliser 18 millions d’euros de financements publics et devraient représenter un budget d’investissement pour les différents acteurs de 49 millions d’euros. Ces chiffres démontrent l’importance de VIAMECA sur la dynamique des projets du territoire.Le nouveau Président affirme son ambition de voir VIAMECA accompagner et préparer la mutation profonde de l’industrie mécanique en étant le catalyseur d’une collaboration fructueuse entre les acteurs de la recherche, des industries, des collectivités du Grand Massif Central et de Rhône Alpes. « A une époque où les frontières sont ouvertes, il est indispensable que les différents acteurs socio-économiques additionnent leurs compétences pour que notre territoire soit reconnu à l’échelle mondiale comme un site d’excellence mécanique » a indiqué Georges Duval dans son allocution.

 

A propos de VIAMECA :

VIAMECA, l’un des 71 pôles de compétitivité français, a pour objectif principal de développer l’innovation dans la filière mécanique. L’action du pôle recouvre l’ensemble du Massif Central  (Auvergne, Limousin en intégralité, Centre, Midi Pyrénées, Languedoc-Roussillon pour partie) et Rhône Alpes. Au total, ce sont près de 4000 entreprises de plus de 10 salariés dans 22 départements qui sont impactées par les activités de VIAMECA. Le Pôle de compétitivité contribue d’une part à fédérer les entreprises, en particulier les PME et PMI, en les amenant à travailler sur des projets collaboratifs innovants, et d’autre part à développer les relations entre les industries, les laboratoires, les universités, les écoles d’ingénieurs et de commerce.

A propos d’AUBERT & DUVAL et d’ERAMET :

AUBERT & DUVAL (filiale de la Branche Alliages du groupe ERAMET), spécialiste de la métallurgie haut de gamme, est un des leaders mondiaux des aciers spéciaux, des alliages et des superalliages. En 2009, AUBERT & DUVAL a réalisé un chiffre d’affaires de 645 millions d’Euros. AUBERT & DUVAL est présent sur le territoire de VIAMECA à travers ses implantations en Auvergne (Issoire, Les Ancizes, Interforge, La Pardieu) et en Rhône Alpes (Firminy, Heyrieux). ERAMET est un groupe minier et métallurgique français présent sur les cinq continents. Il emploie 15 000 personnes dans 20 pays et bénéficie de position de leadership mondial dans trois activités principales : le nickel, le manganèse et les alliages.

  Contacts: Thierry ROUX       Tél: 04 73 28 75 17 / E-mail: thierry.roux@eramet-aubertduval.com

 Source : Aubert & Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Remise des médailles de travail à l’usine de Pamiers d’Aubert et Duval

Category : Entreprises

Lors de la remise des médailles du travail par le directeur de l’Usine Frédéric Leroy, aidé en cela par Samuel Le Goff, le DRH.(Credit Photot DDM – La dépêche)

La cérémonie annuelle d’Aubert et Duval de remise des médailles du travail s’est déroulée samedi matin, salle Espalioux. Un rendez-vous devenu traditionnel pour les salariés de l’Usine, encadrement comme ouvriers. Un moment attendu par tous et qui fait pour ainsi dire partie de la culture du groupe Aubert et Duval. De façon immuable presque rituelle, le directeur Frédéric Leroy reçoit les salariés honorés d’une franche poignée de main et d’un sourire chaleureux. Puis ce dernier regagne l’estrade et, entouré de son équipe de direction, il entame son discours qui est l’occasion de dresser une radioscopie de l’année écoulée et d’ébaucher les perspectives d’avenir de ce qui reste et demeure le poids lourd de l’économie départementale. D’emblée, Frédéric Leroy a salué effectivement l’expérience, les compétences professionnelles et l’investissement des plus anciens qui ont su s’adapter à l’évolution des technologies et à un contexte économique complexe, pour ne pas dire aléatoire. Sans effet de manche ni de grandiloquence surannée, ce dernier a surtout mis l’accent sur la jeunesse des effectifs : « Dans les années passées, notre usine a renouvelé profondément ses effectifs à moins de cinq ans d’ancienneté. Ces jeunes qui ont intégré l’entreprise récemment ont appris nos métiers et sont encore très souvent dans des parcours de formation. » Un travail on s’en doute fondamental pour l’avenir et le développement de l’Usine. Un développement freiné de fait par la crise qui en 2009 a impacté l’activité et allégé le carnet de commandes. En 2010, la crise dure et comme l’a précisé Frédéric Leroy, « la crise aura au moins duré deux ans sans qu’on puisse dire aujourd’hui précisément quand l’embellie viendra. Un Frédéric Leroy qui reviendra sur la prise de décisions visant à protéger les savoir-faire et préserver les compétences. Nécessité d’adapter les horaires de travail avec l’ensemble du personnel, les mesures de chômage partiel face à une baisse conséquente de l’activité. Des mesures que la direction poursuivra jusqu’à la sortie de crise. Pour autant, le groupe Aubert et Duval ne baisse pas la garde. Le groupe mise sur une politique à long terme dans la gestion économique en ajustant ses investissements et ses stocks sans compromettre l’avenir de l’entreprise. Autre pilier de la stratégie du groupe, la recherche et l’innovation face à une concurrence toujours plus vive principalement basée aux Etats-Unis d’Amérique sur un marché faussé par une parité euro-dollar favorisant la concurrence. La compétition est aussi acharnée avec la Chine. La Chine qui construit aujourd’hui un nouvel avion et se dote de moyens de production dans tous les domaines. Dans ce contexte difficile, l’Usine a cependant pris des commandes sur des pièces de nouveaux avions tels que l’A 350, le Boeing 787, l’A 400M, le C-Series.

Source : La Dépêche

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Deux nouvelles certifications ISO14001 pour Aubert et Duval

Category : Suitable Development

AUBERT & DUVAL conduit une politique volontariste dans le domaine de l’environnement. Aujourd’hui, après les sites de Pamiers et d’Imphy, AUBERT & DUVAL marque son fort engagement environnemental en obtenant la certification ISO 14001 pour ses sites industriels des Ancizes et d’Issoire.Le Directeur Industriel et Directeur du site des Ancizes, Paul Morgen, souligne : « cette démarche s’inscrit dans le cadre de la politique environnementale du groupe ERAMET et concrétise des résultats en matière de développement durable». Le site des Ancizes, par exemple, pour mettre en place le Système de Management Environnemental, a investi 14 millions d’euros en 5 ans. Il s’est appuyé sur une Cellule Environnement de 4 personnes et un réseau interne de 20 correspondants. Une campagne de sensibilisation du personnel a été déployée pour faire partager et appliquer les bonnes pratiques, les gestes citoyens et les consignes au poste de travail. Dans le même esprit, une action de sensibilisation a été menée parallèlement avec les fournisseurs intervenant sur le site. L’implication du personnel dans le processus de certification ISO 14001 est en droite ligne avec la démarche de progrès continu de l’entreprise. Frédéric GREHAL, Directeur du site d’Issoire déclare : « Cette nouvelle certification marque l’engagement d’AUBERT & DUVAL en faveur d’une amélioration permanente de nos pratiques opérationnelles. Elle contribue à consommer moins, à maîtriser notre impact environnemental, à maintenir la propreté de nos ateliers et de notre environnement de travail. » Les dirigeants des deux sites s’accordent pour remercier l’ensemble des collaborateurs pour leur implication : « Tout le personnel a été associé à cette démarche et peut être fier du résultat ».La démarche environnementale se poursuit par un système d’audits réguliers et par le renforcement des équipes. Elle sera intégrée à la politique d’investissements en faisant appel aux meilleures technologies disponibles pour limiter les impacts environnementaux et faciliter les économies d’énergie.

Source :  Aubert et Duval

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

UKAD : Un nouvel acteur majeur dans le monde du titane

Category : Strategy


(Credit Photo @ Aubert et Duval)

Aubert & Duval : Des solutions métallurgiques

Aubert & Duval a pour vocation de fournir des solutions métallurgiques de pointe à ses  clients. Présent dans la transformation du titane depuis de nombreuses années, Aubert & Duval fabrique par forgeage et matriçage des pièces pour les industries aéronautiques : pièces de structures (attaches de mâts réacteur, cadres, trains d’atterrissage..) ou de moteurs (disques fans, tambours et disques compresseurs) et fournit également les secteurs de la défense, de l’énergie (nucléaire, pétrole) ou du médical.

Le titane : un marché en croissance

Le titane est un matériau qui allie des caractéristiques mécaniques très intéressantes (résistance à la traction, allongement fatigue et K1C), une excellente tenue dans les milieux corrosifs, ce qui évite des traitements de surface et rend le titane « écologique », une densité moitié de celle des aciers. On peut ajouter des coefficients de dilatation voisins de ceux des composites. Grâce à ces nombreuses propriétés, l’utilisation du titane progresse et est donc appelé à se développer à l’avenir dans de très nombreuses industries : aéronautique, pétrole, corrosion (chimie, désalinisation). Malgré la crise économique qui perturbe cette évolution, tous les indicateurs confirment cette courbe ascendante.

Un marché structuré et en expansion

Le marché du titane est longtemps resté structuré avec :

- la domination d’un leader, le russe VSMPO, totalement intégré de la production d’éponge à la fabrication de pièces.
- le reste du marché se répartissant entre des producteurs d’éponge (Kazakhstan, Ukraine, Japon, USA), des producteurs de lingots et de barres (Baoti, ATI, RTI, Timet…), et des matriceurs qui fabriquent les pièces.
L’explosion du marché a entraîné de nombreux plans d’expansion, en particulier dans le domaine de la production d’éponge, principalement en Chine et aux USA. La montée chinoise avait pour but de répondre aussi à la demande en ferro-titane des industries sidérurgiques.

L’intérêt de s’intégrer

Intégré dans le domaine des aciers et des superalliages, Aubert & Duval a compris l’intérêt d’adopter cette stratégie également dans l’industrie du titane ; de l’élaboration (et même de la conception du matériau) jusqu’à la fabrication de la pièce (parfois même de la pièce usinée finie). L’intégration présente des avantages multiples : optimisation économique, réduction des cycles, amélioration des caractéristiques des produits grâce au choix de gamme ; auxquels s’ajoute la possibilité de recycler plus facilement les chutes et les copeaux, avec un intérêt tant écologique qu’économique.

UKAD

Dans ce contexte de croissance long terme et d’utilisation accrue du titane, Aubert & Duval a décidé de s’intégrer pour pouvoir apporter une réponse satisfaisante à ses clients, notamment à Airbus. Aubert & Duval s’est rapproché du deuxième producteur mondial d’éponge, le kazakh UKTMP, dont la qualité est reconnue par tous. Ce rapprochement a débouché sur la signature d’un accord long terme et la création d’une société française commune, UKAD. Cette société a pour vocation de transformer les lingots produits par UKTMP, qui s’intègre lui en aval de l’éponge, jusqu’au stade lingot (avec entre autres une presse à compacter et des fours de refusions VAR), en barres et billettes pour la fabrication de pièces Aubert & Duval. Il est prévu qu’ultérieurement UKAD étende et diversifie ses marchés à d’autres industries.

L’usine d’UKAD

L’usine d’UKAD sera implantée à Saint-Georges-de-Mons (63), à proximité de l’usine Aubert & Duval des Ancizes. Cette localisation permettra un maximum de synergies de moyens industriels et de compétences techniques. L’usine,  sera dotée d’un atelier de forge avec une presse de 4 500 tonnes et des fours nécessaires aux chauffages et traitements thermiques. La nouvelle unité concentrera également les ateliers de finition (parachèvement, écroûtage) et de contrôle (ultrasons…). Les premières commandes d’équipement ont été passées. Après la phase d’homologation, la production devrait démarrer au deuxième semestre 2011.

Source : L’association francaise de Titane

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

La pose de la première pierre d’UKAD

Category : Actualités

(Credit Photo @ Aubert et  Duval)

Il régnait comme une atmosphère de fête vendredi à Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme), où sont implantées les aciéries d’Aubert et Duval, filiale du groupe Eramet. La pose de la première pierre d’Ukad, la future nouvelle usine du groupe, a mis un peu de baume au cœur des salariés du site, forcément  inquiets en cette période de crise économique profonde.Car cet investissement de 47 millions d’euros, réalisé à 50 % avec les Kazakhs d’UKTMP – parmi les premiers producteurs mondiaux d’éponges de titane – annonce l’arrivée en Auvergne d’une nouvelle unité de production conséquente sur une emprise de 48.000 m². En septembre 2011, devrait démarrer la fabrication de pièces en titane matricées destinées notamment au marché de l’aéronautique. EADS a d’ailleurs déjà signé un contrat avec Ukad à hauteur d’un milliard de dollars. « Il s’agit d’un pari sur le long terme, s’est défendu le très disert Georges Duval, président d’Aubert et Duval, habituellement peu enclin aux déclarations. Nous avons plus de cent ans d’existence, il faut anticiper sur la reprise de l’activité économique, car nous espérons que le contexte mondial s’améliore en 2012 ».En attendant, la filiale du groupe Eramet mise gros sur l’Auvergne. La nouvelle usine sera accompagnée de la construction d’un nouveau four sur le même site – le troisième plus important au monde ! Une nouvelle presse à forger arrivera également dans les prochains jours à Issoire toujours dans le Puy-de-Dôme…Au total, le spécialiste mondial des aciers spéciaux a annoncé hier quelque 110 millions d’euros d’investissements sur ses deux sites auvergnats. Une bonne nouvelle aussi pour l’emploi, puisque la future unité d’Ukad devrait permettre l’embauche d’une soixantaine de personnes.

Source : News Auvergne

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

L’ambassadeur du Kazakhstan à Paris prend part à la cérémonie de la pose de la 1ére pierre du projet UKAD (US)

Category : Actualités, Metallurgistes

Son excellence l’ambassadeur du Kazakhstan à Paris Nurlan Danenov ( Credit Photo @ IAEA)

Ambassador Danenov took part in ground-breaking ceremony of Kazakh-French

JV BRUSSELS. April 19. KAZINFORM /Dimash Syzdykov/ Kazakh Ambassador Nurlan Danenov took part in the foundation stone laying ceremony of the new Kazakh-French joint metallurgical enterprise UKAD in France; the Kazakh Embassy in France told Kazinform. The enterprise was established as per the agreements between the presidents of Kazakhstan and France on joint development of titanium production and Agreement as of June 2008 between Ust-Kamenogorsk Titanium Magnesium Plant and French companies Aubert & Duval (A&D) and Airbus on establishing a production of spare parts for the aerospace industry of France. The production will start in 2011. Making a speech during the ceremony N. Danenov congratulated the regional and local administration as well as management of the companies on the event. He stressed the new joint venture would enable to create new jobs both in France and Kazakhstan, ensure technology transfer, raise competitiveness of the participating companies. The expansion of such joint ventures is the purpose of Kazakh-French strategic partnership, efforts of the presidents and governments of the two states and “Path to Europe” State Program of Kazakhstan

Source : Communiqué de l’Ambassade  du Kazakhstan à Paris

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

L’histoire de l’usine de Pamiers

Category : Histoire de la métallurgie

(Credit Photo @ AriegeNews)

De riches propriétaires terriens envisageront au début du 19ème siècle de construire des usines métallurgiques qui utiliseraient comme force motrice les diverses chutes d’eau pour actionner les souffleries des feux des forges et des martinets.Le premier projet verra donc le jour en 1802 avec les frères Morlière, Pierre l’aîné, négociant, et Barthélémy, notaire, tous deux de Pamiers.Ils veulent installer un martinet à parer le fer, fabriquer des chevilles et outils aratoires sur un pré situé au bief du moulin de Lestang «où il y a, écrivent-ils, beaucoup plus d’eau qu’il n’en faut pour le jeu du moulin»Ils s’entendent avec le propriétaire du moulin pour dériver le bief des eaux pour leur martinet, lequel «serait d’une grande utilité pour la commune de Pamiers et les communes environnantes où il n’y en a aucun»Ils envisagent également d’alimenter le four servant à chauffer le métal avec du charbon de pierre (houille) dont le prix est plus raisonnable que le charbon de bois. Ce premier projet ne verra jamais le jour.Il faut alors attendre 1817, lorsque Barthélémy Morlière imagine construire une usine sur le jardin qu’il possède devant la Promenade des Carmes.En ce sens, il adressera un courrier au maire: «il y a quelques temps que j’eus l’honneur de vous faire part du projet que j’avais de construire une usine sur le jardin que je possède Promenade des Carmes […] Je n’ai cependant pas voulu commencer d’y bâtir sans vous avoir prévenu, je serais fâché de faire la moindre chose qui peut vous contrarier et léser en rien les intérêts de la commune, à laquelle cet établissement quoique peu conséquent ne pourra qu’être avantageux par la facilité qu’auront les habitants de trouver ce qu’ils sont obligés de se procurer ailleurs et par les ouvriers qu’il occupera […] Si vous trouvez à propos de communiquer mon projet au Conseil Municipal…» Finalement, il s’associera avec Jean Baptiste Sans, négociant à Toulouse.Ce dernier avait participé au développement de l’usine du Bazacle à Toulouse, créée par son oncle, M. Sans, en 1815.Fort de cette expérience, il décidera de monter un atelier à Pamiers. Ce sera une petite forge bâptisée «Usine Sainte Marie»L’ensemble, installé sur la Promenade des Carmes, est constitué de deux bâtiments, l’un de 175m2, l’autre 345m2.Il est composé d’un four à cémentation, de six feux de forges et six martinets et de divers matériels pour la fabrication des faux, limes et autres instruments de taillanderie.La houille est extraite des mines de Carmaux dans le Tarn et de Rive de Gier dans la Loire.L’usine Sainte Marie emploiera alors trente ouvriers. Elle tirera sa force motrice du vieux moulin des Carmes utilisé depuis le XI siècle pour faire de la farine.Ce n’est que le 23 décembre 1820 que le Sous-préfet du 1er arrondissement du département de l’Ariège, notifiera par lette au maire de la ville de Pamiers l’ampliation de l’ordonnance du roi, rédigée le 13 septembre de la même année, qui autorisait le Sieur Sans à mettre en mouvement son établissement.L’usine de Pamiers existe toujours. Le petit atelier de Jean Baptiste Sans  deviendra la Société Métallurgique de l’Ariège, puis la Société Commentry Fourchambault Decazeville, la Société Métallurgique d’Imphy, l’usine Creusot Loire, la Compagnie des Forges et Fonderie, Air Forge, l’usine Fortech, et Aubert et Duval aujourd’hui.

Source : AriégeNews

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Issoire veut devenir le centre mondial de l’alumnium-lithium

Category : Actualités

(Credit Photo @ La montagne)

Lundi soir, était organisée, au Petit Mas, une rencontre sur le thème « La situation et les perspectives de l’industrie issoirienne ». Elle était orchestrée par Pierre Pascallon, professeur honoraire d’économie et ancien maire d’Issoire.cette rencontre a réuni une vingtaine de personnes dont des représentants de l’industrie issoirienne : Michel Decharrière pour Rio Tinto-Alcan, Daniel Royer pour Aubert et Duval et Éric Poton pour Valéo. Jean-Michel Plasse d’Avia (Auvergne valorisation de l’industrie aéronautique) était également présent.En tant que président de l’Association pour la promotion et le développement de l’Auvergne, Pierre Pascallon a lancé un cri d’alarme contre la désindustrialisation qu’il qualifie de « grand mal occidental, européen, français et issoirien. » Le désir de Pierre Pascallon est de démarrer une série de réflexions à partir de ce constat et de se mobiliser en faveur de la réindustrialisation.Les intervenants ont passé en revue les cas des principales industries issoirienne vouées, pour la plupart, aux transports (aéronautique et équipements automobiles).Pierre Pascallon a noté, entre autres, qu’au plan mondial, les commandes d’avions ont diminué de manière préoccupante. Mais pas question de baisser les bras. « Nous devons faire d’Issoire le centre mondial de l’aluminium-lithium ».Pour ce qui est du cas Rio Tinto-Alcan, Issoire attend un repreneur. « Il s’agirait du fonds américain Apollo qui prendrait 60 % dans l’entreprise, Rio Tinto garderait 30 % et le Fonds stratégique d’investissement aurait 10 % », ce qui permettrait aux pouvoirs publics d’être présents.

Source :  La Montagne
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Le Cerle des Etudes des Métaux organise une journée technique sur la corrosion

Category : Salons & Expositions

Présentation de la journée :

Les mécanismes de corrosion des aciers inoxydables sont de plus en plus mal connus des ingénieurs et techniciens des sociétés d’ingénierie, des bureaux d’études, des entreprises de construction, de mise en œuvre et d’assemblage des aciers inoxydables, ainsi que de la plupart des ingénieurs commerciaux.La corrosion des aciers inoxydables et plus généralement des métaux et alliages est la conséquence d’un défaut de protection du film passif lié, soit à une mauvaise maîtrise des conditions chimiques et électrochimiques de formation de ce film, soit à la présence de défauts de surface consécutifs aux différents stades de fabrication des produits. La gravité des risques de corrosion peut être rendue plus importante par stagnation des eaux et prolifération de flores bactériennes en l’absence de traitement biocide. Par ailleurs, les critères de choix des aciers doivent prendre en compte l’incidence des éléments d’alliage (Cr, Ni, Mo, Cu, Az) sur l’amorçage et la propagation des phénomènes de corrosion. La journée que le Cercle d’Etudes des Métaux souhaite organiser en collaboration avec le Département Maîtrise des Matériaux de l’ARDI Rhône Alpes et le Pôle Technologique CASIMIR d’Auvergne, avec l’appui du Pôle de Compétitivité VIAMECA a pour objectif de sensibiliser les ingénieurs et techniciens des domaines précités sur les dangers provoqués par les phénomènes de corrosion et sur les coûts de maintenance qui y sont associés. Cette journée sera organisée à l’Ecole des Mines de Saint Etienne, Espace Fauriel, le 11 mars 2010. Le public concerné pourrait être celui des utilisateurs d’aciers inoxydables dans les domaines industriels suivants :

  • chaudronnerie, tuyauteurs, réalisation d’échangeurs thermiques et d’unités de climatisation,
  • coutellerie et instrumentation médicale,
  • fabrication da prothèses orthopédiques,
  • traitement des eaux et protection de l’environnement,
  • plasturgie et extrusion des plastiques,
  • agroalimentaire,
  • production d’énergie.

Le programme de la journée comprendra des conférences sur les différents mécanismes de corrosion, y compris la corrosion bactérienne, ainsi que des exposés descriptifs de cas industriels de dégradation par corrosion avec l’apport de solutions, soit au niveau de la conception des équipements, soit au niveau des critères de choix des nuances d’aciers.

PROGRAMME PREVISIONNEL :

1 – André DESESTRET (CEM) : Les mécanismes de la corrosion des métaux et alliages métalliques passivables dans les eaux aérées et non aérées, étude de cas concrets et recherche de solutions.
2 – Julien LIRONCOURT (Hydrotherm, Saint Gaudens) : Retours d’expérience sur différents établissements thermaux utilisant des réseaux en acier inoxydable.
3 – Eric CHAUVEAU (Centre de Recherches Ugitech, Ugine) : Etude d’un cas de corrosion des aciers inoxydables dans l’industrie pharmaceutique : le phénomène de « rouging »
4 – Sylvain AUDISIO (INSA Lyon) : Le système expert corrosion, exploitation de la base de données au travers de l’étude de cas concrets
5 – Claude DURET (Correx) : Les mécanismes de corrosion par piqûre et crevasse
6 – Hélène de BAYNAST (Polytech Clermont Ferrand) : Influence des flores bactériennes sur la corrosion des métaux et alliages
7 – Jean Louis MOIRON (CEM) : En soudage aussi, il vaut mieux prévenir que guérir.
8 – Jérôme PEULTIER (Industeel, CRMC, Le Creusot) : Les solutions duplex en fonction des contraintes d’utilisation
9 – Jean Marc LARDON (R et D Aubert et Duval, Les Ancizes) : Fabrication et propriétés d’aciers inoxydables austénitiques à basse teneur en nickel : exemple des nuances M30NW et NONIC M2.

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

MolyReview fait l’éloge du MLX17, la nuance d’acier inoxydable martensitique à durcissement structural d’Aubert et Duval (US)

Category : Recherche & Développement

Train d’atterrissage de l’Airbus A380  fabriqué avec la nuance 300M élaborée par Aubert et Duval,  un des leaders mondiaux des aciers spéciaux et des superalliages (Credit Photo @ Florient Lindner)

(Fr)

Le magazine MolyReview  dans son  numéro de juillet 2009  a écrit un article élogieux sur  la nouvelle nuance  MLX17 d’Aubert et Duval .  Le MLX17 est d’un acier inoxydable martensitique   à durcissement structural qui possède 2 % de Mo. Une nuance qui selon l’article  outres ses excellentes caractéristiques mécaniques,  le MLX17  a  la particularité de ne pas nécessiter des traitements de surface très néfastes pour l’environnement. Un atout qui fera du MLX17  dans le futur un excellent candidat pour les grands programmes aérospatiales  tel que l’A350 et le Boeing 787.

Pour plus d’infos  : voir la fiche nuance du MLX17 sur le site web d’Aubert et Duval

(US)

A new alloy taking flight?

Aircraft designers must balance complex and often conflicting technical and economic demands. They strive to limit aircraft weight to maximize fuel economy and reduce maintenance costs. To make matters worse, materials like alloy 300M require chromium plating for corrosion  resistance, and may be rendered obsolete by environmental regulations. In this rapidly evolving area where engineering, economics, and regulation overlap, a new alloy offers great promise. Alloy MLX17, a precipitation hardening martensitic steel containing 2% Mo to provide intrinsic corrosion resistance, is a stainless steel par excellence. Surface treatments harmful to the environment are unnecessary for this alloy, making it an interesting material choice for new projects. Alloy MLX17 represents a likely alternative for aerospace projects currently in development like the Airbus A350, the Boeing 787 Dreamliner and the 747-8 (the improved version of Boeing’s large airliner).

Source: Molyreview June 2009

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

SDC: la nouvelle nuance innovante d’aciers d’outillages d’Aubert & Duval (US)

Category : Recherche & Développement

Selon cet article publié au mois de juin 2009  dans  la revue  la metallurgia italiana :  le SDC, la  nouvelle nuance innovante d’Aubert et Duval  présenterait des performances supérieures aux nuances de références du marché. (Credit Photo @ Aubert & Duval web site)

The S.D.C. steel grade has been especially designed for large-size toolings used in die-casting applications with the objective of increasing the fatigue resistance of the material and the tool life. A fundamental and integral approach has been undertaken to understand and measure the temperature and stress conditions at the surface during service, get a full multi-scale description of the steel microstructure and define the relationship between microstructure and its evolution and thermal fatigue resistance. The new grade with the associated optimised heat treatment offers superior mechanical properties and shows improved performance in its die-casting industrial applications.

For light alloys casting and more specifically pressure die-casting, the 5% chromium steel family grades (H11,X37CrMoV5, 1-2343) are widely used. Their performance measured by the total number of manufactured parts and the amount and cost of repair operations has been through the years increased by better casting process control and progress in the metallurgy and the heat treatment of the moulds. Higher hardness has a positive effect on tool life, but remains limited to guarantee a minimum toughness. A breakthrough was necessary in the metallurgical conception of the grade: beyond the measurement of conventional mechanical properties, our research program was focused on the global understanding of all the metallurgical and thermo-mechanical phenomenas involved. Hereafter are described some aspects of our scientific analysis, and the basic properties of the new improved S.D.C. steel.

The S.D.C. steel is a new material for tools and more specifically die-casting moulds, with superior properties obtained as the result of the combination of several innovative actions:

  • a multi-scale approach for investigation in the microstructure.
  • a definition of an ideal microstructure by the understanding of relations between microstructure and its evolution under thermo-mechanical loading during service.
  • a new composition with a nickel addition and a precise adjustment of the balance between hardening elements and nickel, with a low level of trace elements.
    a specific production route with an optimised forging and annealing process.
  • a heat treatment with an accurate definition of parameters for austenising and tempering.

To-day, the S.D.C. toolings which have been put into production show an improved performance compared to reference materials.

Source :  :

DIE-CASTING: S.D.C. STEEL, A CONTINUOUS METALLURGIC INNOVATION TO MEET WITH THE PROBLEMS

http://www.aimnet.it/allpdf/pdf_pubbli/giu09/grellier.pdf

A. Grellier, F. Piana, G. Gay
giugno 2009 , la metallurgia italiana, page 63-68

Need more informations contact : aubert et duval

 

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

La nuance X15TN d’Aubert et Duval séduit l’industrie de la coutellerie (US)

Category : Recherche & Développement

(Credit photo @ Tactical Knives,  November 2008 Issue  & Aubert et Duval)

Sous le titre ” The French Connection”, le magazine américain Tactical Knives dans son édition de novembre 2008 a écrit un article élogieux sur la nuance X15TN d’Aubert & Duval. Une nuance développée  initialement  par  les métallurgistes  d’Aubert et Duval  pour les pièces de roulements  destinées au marché de  l’aérospatiale  Cette nouvelle nuance d’acier martensitique  dopée à l’azote  présente une dureté élevée, une très forte résistance à l’abrasion et surtout une haute aptitude à la coupe associée à une très grande résistance à la corrosion notamment en milieu marin. Des propriétés qui ont vite intéressées l’industrie de la coutellerie. A tel point que   le coutelier Californien  Benchmade Knives  surnomme cette nuance  “super corrosion-resistant blade steel”.

(US) –

From Tactical Knives  Magazine,  November 2008 Issue

X-15 T.N—The French Connection

For harsh, waterborne ops—fresh or salt—few steels can match what Benchmade is importing from Europe.For decades, cutlery engineers have done battle with the omnipresent demons from the realm of environmental invectives and have been thwarted at nearly every turn. However, the folks at Benchmade Knife Company have begun using a “super corrosion-resistant blade steel” that is known in the industry as X-15 T.N stainless steel. Furthermore, this new steel also offers incredible edge retention.  X-15 T.N was developed by the French firm of Aubert & Duval for use in jet engine ball bearings. Aubert & Duval, a leading manufacturer of various alloys, designs and produces a vast range of special steels, including aluminum and titanium alloys, to meet the technical demands of many industries worldwide. The special properties of X-15 T.N are the result of its manufacturing methodology, resulting in superior corrosion-resistance in extremely harsh environments like saltwater.

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

La fiche technique de l’acier martensitique X15TN d’Aubert et Duval

Category : Recherche & Développement

Composition, applications et caractéristiques mécaniques de la nuance X15TN d’Aubert et Duval  (Credit photo @ Aubert et Duval)

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 9.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

ACIERS A ROULEMENTS POUR APPLICATIONS AERONAUTIQUES

Category : Les fiches de la métallurgie

Les roulements pour applications aéronautiques et spatiales sont des éléments fonctionnant dans des conditions sévères de sollicitation qui nécessitent des matériaux dont les propriétés doivent être adaptées en conséquence.Ainsi, dans les turboréacteurs les roulements tournent à grande vitesse, sont soumis à des températures de service élevées, tandis que les systèmes de transmission requièrent des roulements à forte capacité de charge, pouvant résister aux vibrations et aux déformations de structures auxquels ils sont exposés. Dans tous les cas, les évolutions de conception doivent prendre en compte la réduction des coûts de fabrication et de maintenance ainsi que la réduction du poids.En ce qui concerne les applications spatiales, les roulements doivent être capables de supporter des  vitesses élevées dans des conditions extrêmes de température et des environnements particuliers (hydrogène ou oxygène liquide ou gazeux, vide. Par ailleurs, parce que ce sont des composants de sécurité, une durée de vie et un niveau de fiabilité extrêmement élevés sont nécessaires. L’évolution actuelle des moteurs aéronautiques vers des rapports puissance / poids plus élevés implique une augmentation des vitesses et températures de fonctionnement des roulements dont la section est amincie et la conception intégrée.  En conséquence, les matériaux utilisés doivent répondre à une combinaison de propriétés pas toujours compatibles telles que résistance mécanique et ténacité élevées, tenue à chaud, résistance à l’usure et à la corrosion, durée de vie en fatigue de roulement, etc … C’est la raison pour laquelle les aciéristes et les roulementiers doivent définir pour chaque application le meilleur produit pour lequel les propriétés métallurgiques et mécaniques sont optimisées. Ceci est obtenu grâce à la composition, au procédé de fabrication et au traitement thermique de l’acier, mais également à travers le procédé de fabrication des éléments du roulement qui peut s’il est conduit
de manière appropriée introduire des caractéristiques complémentaires bénéfiques telles que le fibrage,le profil de contraintes résiduelles et la microstructure

L’AZOTE COMME ELEMENT D’ALLIAGE

L’azote, de manière analogue au carbone peut produire un durcissement des aciers, soit par effet de mise en solution solide interstitielle, soit par effet de précipitation de nitrures ou carbonitrures . Dans les aciers trempés et revenus, l’azote a un effet similaire à celui du carbone sur la dureté de la martensite obtenue et sur l’abaissement de la température Ms. D’autre part, la solubilité de l’azote est améliorée par la présence d’éléments d’alliages tels que le manganèse, le chrome et le vanadium. Enfin, l’azote retarde de manière importante l’adoucissement au revenu des aciers au chrome en modifiant la nature des précipités. Les idées directrices pour le développement des nouveaux aciers et de leurs traitements sont les suivantes :

Acier de nitruration

La solubilité de l’azote dans les aciers de nitruration est améliorée à hauteur de 0,3% par addition de Cr, Mn et Mo, comparativement à celle limitée permise dans les aciers au carbone. Pendant le traitement de nitruration se produit simultanément une mise en solution solide de l’azote et une précipitation fine de nitrures ou de carbonitrures qui s’accompagne d’undurcissement important et de la mise en compression de la couche nitrurée .En ce qui concerne les déformations, celles-ci sont réduites car le traitement est réalisé à basse température sur structure prétraitée.

Acier martensitique à l’azote

Il a été montré que l’addition d’azote ou le remplacement partiel du carbone par de l’azote dans les aciers inoxydables au chrome a une influence favorable sur la résistance à la corrosion localisée, la résistance à l’adoucissement au revenu et dans une moindre mesure sur la ténacité si la composition est correctement ajustée.Plus récemment, des aciers à roulement martensitiques à l’azote ont été développés.Ils présentent une résistance à la corrosion, des caractéristiques mécaniques et une durée de vie supérieure à celles de l’acier X105CrMo17

ACIER INOXYDABLE MARTENSITIQUE À L’AZOTE

Aujourd’hui, la majorité des roulements en aciers inoxydables martensitiques utilisés dans le monde sont réalisés en acier X105CrMo17 (AISI 440C). Cet acier possède cependant un certain nombre d’insuffisances telles que :

-  une résistance limitée à la corrosion,
-  une microstructure avec des alignements de carbures grossiers qui pénalisent les propriétés
mécaniques et la durée de vie en fatigue de roulement,
-  une dureté inférieure à 58 HRC pour les revenus à hautes températures (450-525°C) qui limite son usage aux alentours de 120-150°C après revenu basse température (140-180°C). Les aciers martensitiques à l’azote développés au cours des 10 dernières années sont des matériaux prometteurs pour pallier ces lacunes malgré un procédé impliquant un équipement d’élaboration par refusion sous laitier pressurisée PESR (Pressurized Electro Slag Remelting) spécifique afin d’obtenir une teneur en azote de 0,35 – 0,45 %. L’approche métallurgique retenue par SNR et Aubert et Duval à partir des considérations ci-dessous, repose sur la substitution d’une partie du carbone par de l’azote dans un acier inoxydable pour coutellerie X65Cr13 lors d’une élaboration sur des moyens conventionnels ESR dans le but d’améliorer la tenue en fatigue et la résistance à la corrosion comparativement à l’acier X105CrMo17 (AISI 440C).

- les aciers à moyen carbone (0,4-0,6%C) contenant 13 à 17 % de Cr peuvent atteindre des duretés supérieures à 58 HRC lorsque l’azote est ajouté jusqu’à saturation, c’est à dire 0,2% pour un procédé standard. Ce pourcentage en carbone donne la possibilité d’obtenir une distribution en carbures plus fine que celle de l’acier X105CrMo17 (440C), améliorant ainsi les propriétés en fatigue,

- les additions de Mo et V peuvent permettre un durcissement secondaire nécessaire pour
atteindre 58HRC après revenu haute température. De plus, ces éléments, prenant la place du Chrome dans les carbonitrures M23(CN)6, inévitables lors du revenu haute température associé à la faible teneur en carbone, diminuent l’appauvrissement en chrome de la matrice et renforcent ainsi sa résistance à la corrosion.

Source :  ACIERS A ROULEMENTS POUR APPLICATIONS AERONAUTIQUES

Daniel GIRODIN , Gilles DUDRAGNE
SNR ROULEMENTS – BP 2017 – 74010 ANNECY Cedex – FRANCE

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Le site Aubert et Duval, à Pamiers, est le plus gros employeur du département de l’Ariége (La Dépêche)

Category : Economie

Avec ses 820 salariés Aubert et Duval, à Pamiers, est le plus gros employeur du département (Credit Photo @ La Dépêche)

Le classement 2008 des trente premières entreprises ariégeoises reflète bien une réalité. La montée du tertiaire au profit de l’industrie. La CCI note « une tertiarisation accrue de l’économie départementale toutefois moindre qu’au niveau régional et national ». Malgré tout, les premières entreprises du département sont toujours des entreprises industrielles. Les plus grosses entreprises sont : Aubert et Duval (820 salariés), Michel Thierry (600), Continental (457), Etienne Lacroix (322)…Le bâtiment reste le plus gros pourvoyeur d’emplois du département avec 3 031 personnes, suivent la métallurgie et le travail des métaux (1 717 personnes), l’industrie textile (1 360 emplois), le GMS alimentaire (1 295 personnes)… ( Chiffres 2008 avant la vague de licenciements). Concrètement, sur les 5 162 établissements inscrits au registre du commerce, l’industrie représente encore 37 % de l’emploi. L’Ariège reste un département fortement industrialisé, même si la crise économique accentue sa transformation en faisant disparaître de nombreuses entreprises. Notamment dans le textile et le papier. Les services représentent 27 % des effectifs 2008 et le commerce 24 %. La construction représente 12 %.« Le tissu économique se caractérise par une majorité d’établissements commerciaux ou de service de petite taille. 91 % ont moins de 9 salariés. Ceux de plus de 50 personnes représentent 1 %. Enfin, 80 % des établissements se trouvent dans le commerce et les services contre seulement 20 % à l’industrie », commente la CCI. Dans ce secteur, comme le montre le classement, la grande distribution prend une part de plus en plus importante, avec 152 établissements en 2008.« La densité commerciale de supermarchés (surface de vente pour 1 000 habitants) est largement supérieure à la moyenne régionale (288 m2/1 000 habitants contre 182 m2/1 000 habitants) », note la CCI.outes ces industries sont actuellement dans la tourmente économique. Même si d’après les unions patronales en Midi-Pyrénées, « les entreprises ariégeoises s’en sortent bien en 2008 grâce à leur savoir-faire », la dernière analyse économique de la CCI est plus morose. Elle note que la plupart des indicateurs sont à la baisse pour le second semestre 2009. Seules les industries extractives, la parachimie, l’électronique, le GMS alimentaire et l’automobile devraient réussir à se stabiliser.Niveau salaires, la CCI note qu’ils sont moins élevés qu’au plan régional (-14 %) et national (-19 %). Soit 19 078 € par foyer.Pour plus d’informations se connecter sur le site de la chambre de commerce et d’industrie de l’Ariège.

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

ITER : la presse espagnole met en valeur la savoir faire des entreprises francaises AREVA, Schneider et Aubert & Duval dans le domaine de l’industrie nucléaire (Spanish)

Category : Histoire de la métallurgie, Recherche & Développement

De gauche à droite: Maurici Lucena, directeur général du Centre pour le développement technologico-industriel (CDTI), Bruno Delaye, l’ambassadeur de France en Espagne, Antoni Castells, conseiller de l’Economie et des Finances de la Generalitat de Catalogne, Didier Gambier, directeur général de l’agence européenne «Fusion pour l’Energie» (F4E) et Nicolas de Moucheron, directeur de la Mission économique Ubifrance en Espagne. (Credit image : X/Ubifrance)

Le quotidien Espagnol El PAIS  a relaté récemment la tenue d’un colloque qui s’est déroulé en Espagne  entre des  industriels espagnols et des industriels français pour approfondir la coopération entre les 2 pays dans le domaine de la fusion thermonucléaire. Dans cet article le quotidien Espagnol El PAIS a incité les industriels espagnols à  nouer des liens étroits avec les grands  groupes français notamment AREVA le leader mondial de la construction de centrales nucléaires, Schneider le spécialiste du génie électrique et l’entreprise métallurgique Française Aubert et Duval, une entreprise reconnue mondialement pour son savoir faire dans le domaine des aciers spéciaux destinées à l’industrie nucléaire.

AA

(Spanish)

Dicen que la unión hace la fuerza y quizás este dicho sea ahora más necesario que nunca ante la soga que aprieta a la economía española y mundial. Un centenar de empresas españolas y francesas se ha reunido hoy en un seminario en Barcelona para impulsar alianzas empresariales y tecnológicas entre compañías de ambos países para concursar en las licitaciones del megaproyecto ITER , el ambicioso experimento de fusión internacional que, de tener éxito, podría facilitar la producción masiva de energía a partir del hidrógeno por el lejano último tercio del siglo XXI. El faraónico proyecto se construye en Cadarache, en el sur de Francia, mientras que la Agencia Europea Fusion for Energy (F4E), dedicada a la licitación de los contratos de la participación europea, ya funciona en Barcelona. Además de la Unión Europea, del proyecto ITER son socios Estados Unidos, Japón, China, India, Rusia y Corea del Sur, pero éste va más lento de lo deseado. El presupuesto para la construcción y explotación del reactor durante su vida útil se fijó en 10.000 millones de euros en el año 2001, recientemente se revisó al alza hasta los 16.000 millones y la cifra se volverá a examinar en una próxima reunión de los socios en el mes de noviembre. De rebote, también se ha retrasado la puesta en marcha del reactor tipo tokamak a 2018. La reunión hispano-gala, organizada por el Centro para el Desarrollo Tecnológico Industrial (CDTI) y la agencia francesa para el desarrollo internacional de las empresas (Ubifrance), cobra mayor interés ante el recorte que el gobierno español ha anunciado en los presupuestos de ciencia y tecnología. Maurici Lucena, director general del CDTI, dijo que el Gobierno estaba estudiando, “como hacen otros gobiernos”, crear una línea de ayudas específicas para las empresas españolas que acudan a concursos de grandes instalaciones científicas internacionales. De hecho, Lucena invitó a las empresas presentes en la sala para que revisaran las ayudas estatales porque “pueden ser útiles para fructificar la asociación con empresas francesas, porque muchas de estas ayudas tienen una prima adicional cuando la empresa española incorpora un socio externo”. Algo que debían escuchar con atención los 200 directivos de empresas españolas como Acciona, Ibedrola, Ferrovial, Dragados, Indra, Abantia, OHL, ABB, Elecnor, Siemens, o francesas como Areva, Schneider y Aubert & Duval.

Continue Reading

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Le magazine Race Engine fait l’éloge de la nuance GKH d’Aubert & Duval (US)

Category : Recherche & Développement

La couverture du numéro 33 de l’année 2008 du magazine Engine Race ( credit image@ Engine Race Magazine)

Dans son numéro 33 de l’année 2008, le magazine  Engine Race a consacré un dossier spécial sur la technologie des vilebrequins. Dans cet article le magazine n’ a pas tarit d’éloges sur la nuance GKH développée par la R&D de l’entreprise métallurgique française Aubert et Duval. selon les auteurs de cet article : la nuance GKH  est considérée  comme la nuance de référence qui permet de produire des vilebrequins à très hautes caractéristiques. Le GKH est une nuance qui a été développée dans le milieu des années 90 par les métallurgistes d’Aubert et Duval pour le marché de l’aéronautique a essaimée et a trouvée depuis plusieurs applications dans d’autres domaines de l’industrie. Le GKH qui correspond au 32 CrMoV 13 est commercialisée sous 3 variantes :

  • GKH :  la nuance de base avec une composition très resserrée
  • GKH-W : une nuance à haute pureté ( élaboration VAR)
  • GKH- YW : une nuance d’extrême pureté (élaboration VIM + VAR)

Voir ci-dessous, un extrait de cet article:

“…..The material which is currently viewed as the ultra-extreme crankshaft alloy is a steel available from the French manufacturer Aubert & Duval, known as 32-CrMoV-13 or 32CDV13. It is a deep-nitriding alloy containing 300 points of chrome, developed in the mid-nineties specifically for aerospace bearing applications. It is available in three grades. GKH is the commercial purity and chemistry tolerance. GKH-W is the grade having higher purity (VAR) and tighter chemistry tolerance. GKH-YW is the extremely pure grade (VIM – VAR) and is said to cost twice as much per pound as the -W grade. According to data supplied by Aubert & Duval, fatigue-tests of the -W and -YW grades, using samples of each grade heat treated to similar values of ultimate tensile strength, show consistently that the -YW grade achieves a dramatic improvement (over 22%) in fatigue strength compared to the -W grade, and the endurance limit is claimed to be just a bit short of the yield stress, which is truly amazing. I have been told that, because of the extreme stress levels on Formula One crankshafts, most of them use the -YW grade, while the lower stress levels of a Cup crank allow the successful use of the -W grade…..”

Lire l’article du magazine Engine Race

 

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

La fiche technique de la nuance GKH d’Aubert & Duval

Category : Recherche & Développement

La nuance GKH d’Aubert & Duval  (credit image @ Aubert et Duval)

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Pittsburgh, la Mecque de la métallurgie américaine (US)

Category : Economie, Non classé

La presse de 3000 t de Latrobe  Steel Speciality située dans la vallée de Latrobe une localité très proche de Pittsburgh dans l’état de la Pennsylvanie (credit image @ stahlseite)

Fondée par des colons français aux 16éme siècle  la Pennsylvanie en général et sa capitale Pittsburgh en particulier sont aux USA la Mecque de la métallurgie. Les américains appellent cette ville  ” The Steel City”,   son équipe de Football américain locale  s’appelle ” The Steelers”.  Pittsburgh a vu naître les entreprises suivantes :

  • US Steel, le plus ancien et le plus puissant groupe sidérurgique aux monde. Son centre de recherche est  à l’origine des plus grandes innovations dans la sidérurgie jusqu’aux années 70.
  • Allegheny Technology, l’élaborateur d’aciers spéciaux et de superalliages. ATI a son actif plusieurs innovations qui ont révolutionné la métallurgie des aciers spéciaux et des super alliages aux USA entre les années 40 et 70.
  • Carpenter Technology , lui aussi, un des acteurs majeurs de  la métallurgie des aciers spéciaux et des superalliages.
  • RTI, un des principaux producteurs de pièces forgées en Titane au USA
  • ALCOA,  le géant  mondial de l’aluminium
  • Latrobe Steel Speciliaty qui se trouve dans la valée de Latrobe, une contrée trés proche de Pittsburgh est lui aussi un fournisseur majeur de l’US Army en pièces critiques en aciers spéciaux. Au passage Latrobe fut la première entreprise au USA à utiliser un four électrique de type HEROULT importé de France !
  • Wenstinghouse, la première entreprise au monde à fabriquer de l’électricité à partir de l’énergie nucléaire et Pittsburgh la premiére ville au monde à  se fournir d’énergie nuclaire.  Son dernier réacteur phare AP1000 est un concurrence frontale avec l’EPR d’AREVA.

Bien sur la liste n’est pas exhaustive, mais ces quelques exemples de groupes métallurgiques que regroupe la ville de Pittsburgh font partie du cœur de l’industrie manufacturière américaine. Après les crises économiques des années 70 la  Pennsylvanie  s’est délaissée d’une grande partie de sa sidérurgie aux profits de l’Amérique du sud et de l’Asie pour se consacrer principalement sur le segment des aciers spéciaux et des superalliages où la barrière technologique est très haute à atteindre. Après la 2éme guerre mondiale de nombreuses autres entreprises non américaines ont pu se développer dans ce secteur et ont même  pu atteindre le niveau  technologique des entreprises américaines voir même le dépasser dans certains domaines  à l’instar de l’autrichien BOHLER, du français Aubert et Duval, des  Japonais DaidoSteel, Hitachi ou bien JSW, du russe VSMPO, du sud-coréen POSCO. Sans compter que des pays émergents comme la Chine, l’Inde, le Brésil  seront dans quelques années de puissants concurrents.

Il est loin le temps où par exemple dans les années 50 Allegheny Technology qui avait développé le premier four VIM au monde capable de fondre des superalliages base nickel régnait en maître sur le marché des superalliages.

Les entreprises de Pittsburgh sont face à 2 défis majeurs :

  • Résister à la pire crise économique que subit l’industrie depuis la fin de la 2 éme guerre mondiale
  • Devancer la montée en puissance des entreprises métallurgiques non-américaines qui leur prennent  de jour ne jour des parts de marché.

Le choix du président OBAMA d’attribuer à Pittsburgh le sommet du G-20 est un cadeau inespéré pour toute l’économie de la région qui compte sur ce sommet pour rebooster l’économie locale.

AA

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Aubert et duval : Des alliages plus performants pour les trains d’atterrissage

Category : Recherche & Développement


(Credit image @  Gifas & aubert et Duval)

Des alliages innovants plus légers et plus résistants à la fatigue seront utilisés pour équiper le futur Airbus A350XWB.

Des alliages innovants plus légers et plus résistants à la fatigue seront utilisés pour équiper le futur Airbus A350XWB.Choisi début décembre comme fournisseur des trains d’atterrissage principaux de l’Airbus A350XWB, l’équipementier Messier Dowty (groupe Safran) a conçu des « atterrisseurs » de nouvelle génération. Ils offrent des améliorations à différents niveaux.Grâce à de nouveaux traitements de surface – les procédés de projection à flamme oxygène/carburant à haute vitesse (HVOF) et le Metal Chelate Affinity Chromatography (MCAC) – ces équipements n’auront plus besoin de revêtement en cadmium et en chrome, traditionnellement utilisé pour faire barrage à la corrosion. Ils seront ainsi conformes aux futures normes environnementales de type Reach. « Nous avons pris en compte ces normes dès la phase initiale de conception », explique Joël Berkoukchi, le responsable de la bu-siness unit Airbus chez Messier  Dowty. Parallèlement, l’utilisation de nouveaux alliages à base d’acier Inox haute résistance et de titane permet d’alléger la masse de l’atterrisseur et d’en augmenter la durabilité. L’acier Inox, du type MLX 19 en cours de développement en partenariat avec Aubert et Duval, constituera le caisson du train d’atterrissage, ainsi que certains vérins. Le titane, non soumis à la corrosion, se trouvera plutôt dans d’autres parties, comme le balancier et la tige coulissante. Au final, Messier Dowty espère réaliser un gain de masse d’au moins 10 à 15 % par rapport aux atterrisseurs de la génération d’avions précédente, comme l’A330.

Des  économies à la clé

Ce nouveau système vise une amélioration de 30 à 40 % de la performance à la fatigue des alliages, ce qui permettra d’allonger les délais entre deux révisions générales (actuellement de huit à dix ans). « Jusqu’à présent, la performance à la fatigue délivrée par ces alliages, par rapport à l’impact de masse, n’était pas satisfaisante », ajoute Joël Berkoukchi. Désormais, notamment grâce aux outils de design et de simulation numérique, il est possible de combiner gain de masse et amélioration de la durabilité. Messier Dowty dispose encore de plusieurs mois pour terminer la mise au point des atterrisseurs, dont les premières livraisons sont prévues début 2011. .

Source: Usine Nouvelle

Le 24 janvier 2008 par GUILLAUME LECOMPTE-BOINET

imprimer Ajouter à vos favoris
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts:

Super Die Casting (SDC), la nouvelle nuance innovante des aciers d’outillage à 5 % de chrome

Category : Recherche & Développement

La nouvelle nuance SDC d’Aubert et Duval (Credit image @ Tool and Mold Making Magazine March 2009)

Selon cette affiche publicitaire publiée par le métallurgiste Français Aubert et Duval dans le numéro de Mars 2009 du magazine Tool and Mold Making la nouvelle nuance d’aciers d’outillage SDC (Super Die Casting) semble être une innovation majeure dans les aciers d’outillage à 5 % de chrome.  Si on se réfère à cette affiche les équipes de recherche et développement d’Aubert et Duval ont pu mettre au point une nouvelle nuance qui allie la très bonne résilience du SMV3 (H11), la résistance à l’usure du SMV4S (H13)  et la résistance à la fatigue thermique de l’ADC3 au sein d’une même nuance . Avec ce nouveau Brevet et la mise sur le marché de cette nouvelle nuance Super Die Casting (SDC) Aubert et Duval se démarque  encore un peu plus de ses compétiteurs grâce à son innovation. Elle apporte ainsi aux utilisateurs des aciers à outils une nuance qui allie  dureté, résilience, résistance à la fatigue thermique et résistance à l’usure. Rappelant que Aubert et Duval est un des spécialistes mondiaux des aciers d’outillage et aussi  l’entreprise qui possède la gamme d’aciers d’outillage à 5 % de chrome la plus  large et la plus complète du marché.

AA

Steel grades with 5% chromium are widely used for casting light alloys, and especially for pressure die-casting. Better casting process control and advances in mould metallurgy and heat treatment have gradually improved their performance, but higher hardness alone, though prolonging tool life, offers limited benefits beyond a minimum toughness. Aubert & Duval, however, with the metallurgical innovation of its SDC® (Super Die Casting) steel grade, has provided a breakthrough.The SDC grade, designed especially for large tools used in die-casting, fulfills the objective of increasing both the material’s fatigue resistance and tool lifetime. In developing the grade, Aubert & Duval undertook to quantify temperature and stress conditions at the tool surface during service, fully characterize the steel microstructure, and precisely define the relationship between the evolving microstructure and resistance to thermal fatigue.SDC steel, with its optimized heat treatment, offers die-casters superior mechanical properties: not only lower susceptibility to thermal fatigue, but also improved toughness at high hardness levels and better hardenability. It offers unprecedented performance in industrial die-casting applications.

Source: European Tool & Mould Making -July/August 2009 (Buyer’s Guide 2009-10)

VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.10_1130]
Rating: 0 (from 0 votes)

Recent Posts: