Creusot Forge : en pleine évolution (FR)

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn166Pin on Pinterest0Email this to someonePrint this page

En avril 2016, dans le cadre d’un audit qualité sur son site du Creusot, AREVA NP met en évidence des pratiques inacceptables dans la gestion des dossiers de fabrication. Un an plus tard, les équipes d’AREVA NP ont engagé l’identification et le traitement des anomalies des dossiers des fabrications passées du Creusot et mis en place le plan d’amélioration du site. Objectif : conforter la confiance de ses parties prenantes et positionner Creusot forge parmi les références mondiales de la forge nucléaire en matière de qualité et de performance.

Purger le passé : une démarche résolue d’analyse de l’ensemble des dossiers du Creusot

Début 2016, AREVA NP mène un audit qualité sur le site du Creusot faisant suite à la détection d’écarts méthodologiques dans la réalisation d’essais de traction au laboratoire du Creusot. Dans ce cadre, AREVA NP identifie des dossiers « barrés » : ces dossiers marqués de deux barres comportent des anomalies documentaires (document absent, erreur de recopie ou valeur manquante…). Leur analyse met en évidence des pratiques inacceptables lors de la fabrication de certains composants. 244 dossiers barrés sont identifiés dans les archives de composants nucléaires. Les clients concernés en France et à l’étranger sont tenus informés des anomalies détectées.

Fin septembre 2016, AREVA NP finalise le traitement de ces irrégularités. L’analyse conclut que, si les pratiques qui ont conduit à ces anomalies sont inacceptables, elles ne conduisent pas à remettre en question l’intégrité et la sûreté des composants concernés. Dans certains cas, la justification nécessite des expertises complémentaires, comme dans le cas de l’un des générateurs de vapeur du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim.

À l’été 2016, AREVA NP décide d’étendre la revue détaillée à la totalité des dossiers de fabrication, qu’ils soient barrés ou non barrés, soit 6 000 dossiers concernant des composants nucléaires.

Afin de mener à bien cette tâche, une équipe dédiée est établie en mode projet. Plus de 130 personnes, depuis Paris, Lyon, Le Creusot et Erlangen, contribuent aujourd’hui à l’inspection des dossiers, apportent leur expertise technique et assurent le traitement des écarts en coordination avec les clients et les autorités concernés. Plus de 2,4 millions de pages seront analysées en 2017. Pour David Emond, directeur de la BU Composants d’AREVA NP, « Cette revue exhaustive de toutes les fabrications passées traduit l’exigence d’AREVA NP en matière d’intégrité, qui est l’une de nos valeurs. Nous le menons en industriel responsable en coordination étroite avec les clients et les autorités de sûreté. Nos équipes se mobilisent avec professionnalisme et transparence pour traiter les irrégularités passées et mettre en place les actions d’amélioration pour les fabrications futures. Les visites et les inspections régulières sur le site permettent à nos clients et aux autorités de sûreté de vérifier le bon déroulement de la revue et de constater l’avancement du plan d’amélioration. Cette remise à plat des fabrications passées est une nécessité pour justifier la qualité des composants produits au Creusot, conforter la confiance de nos clients, tirer les leçons desécarts et assurer l’avenir du site. »

Dès la découverte des premières irrégularités, AREVA NP a renforcé le contrôle et la traçabilité des actions en cours. Une double vérification de la documentation et des mesures relatives à la recopie des procès-verbaux sont mises en place.

Alimenté par les causes des anomalies détectées et le rapport du cabinet d’audit indépendant Lloyds Register Apave, un plan global d’amélioration de la qualité a été défini par les équipes de Creusot Forge et présenté en décembre à la direction d’EDF. Son déploiement, débuté dès 2016, est désormais pleinement engagé et se poursuivra tout au long de 2017. En avril 2017, 63 % des actions du plan d’amélioration nécessaires à la reprise de fabrication à l’été 2017 ont été mises en place.

Le plan est piloté avec des indicateurs d’avancement et de résultat appuyés par un management visuel. Des audits et des inspections réalisés par des intervenants indépendants internes ou d’une tierce partie viennent s’assurer de la mise en œuvre des actions et de leur efficacité. Les clients concernés sont tenus informés de l’avancement du plan à la fois par des revues d’avancement mais aussi des réunions préalables à la reprise des fabrications pour le parc, en particulier pour les réacteurs EPR d’Hinkley Point. L’ensemble est contrôlé par les autorités de sûreté dans le cadre de leurs inspections.

Le plan repose sur trois volets : un volet technique sur la garantie de la capacité des procédés actuels et les évolutions envisagées pour l’avenir ; un volet organisationnel et culturel intégrant la conduite du changement dont les principales actions sont précisées ci-après. Un troisième volet lié à la surveillance est en cours de mise en place. Il découle du retour d’expérience de la non-détection des dysfonctionnements passés.

Un outil industriel conforme aux exigences et des procédés de fabrication maîtrisés

  • Maîtrise industrielle des procédés et déploiement d’outils standard de qualité et surveillance. Il s’agit de compléter l’identification des causes techniques des dysfonctionnements passés pour les différentes familles de non-conformités. Cela passe également par les analyses de risque, dont les AMDEC [1] – une méthode d’anticipation et de réduction des risques, permettant la maîtrise des procédés clés. Cet axe implique la maîtrise de la documentation et la traçabilité ainsi que le renforcement du pilotage des non-conformités et des actions correctives associées. La maîtrise industrielle concerne également les fournisseurs de l’usine du Creusot en lien avec l’arrêté ESPN [2].
  • Mise au point de nouveaux procédés permettant de garantir le respect des exigences réglementaires les plus récentes. Cet axe vise à améliorer les modalités de surveillance des paramètres clés du process, à s’orienter vers la numérisation des processus, à maîtriser la ségrégation carbone, à renforcer la simulation numérique par des outils et des compétences et à intégrer les exigences de l’ESPN. L’usine du Creusot est partie intégrante du projet AIRE [3] d’AREVA NP qui a pour but d’intégrer les dispositions de l’ESPN dans les procédés et les processus de l’entreprise afin de livrer des pièces conformes en tout point à la réglementation.

Ce volet technique s’appuie sur un important programme d’investissements à hauteur de 8 millions d’euros. Ce programme concerne notamment les bâches de trempe (amélioration de la performance notamment pour les pièces de grande dimension) et la mise au point d’un nouveau lingot pour les pièces écrasées afin de maîtriser la ségrégation carbone (fonds de générateur de vapeur par exemple).

Une culture de sûreté et de qualité partagée à tous les niveaux de l’entreprise

Pilier fondamental d’AREVA NP, la sûreté nucléaire constitue un des axes de renforcement sur le site du Creusot. Le deuxième volet du plan d’amélioration de la qualité est consacré au levier culturel, alliant sûreté et qualité, mais vise aussi au renforcement de l’organisation.

  • Renforcement de l’organisation et des compétences. Cet axe intègre le retour d’expérience. Il permet d’identifier les compétences clés et de gérer le plan de recrutement correspondant. Il vise à pérenniser le savoir-faire et à mieux organiser le contrôle interne.
  • Renforcement de la culture de sûreté à tous les niveaux de l’usine. Un programme de sensibilisation et de formation des équipes est en cours de mise en œuvre. Il vise l’appropriation par chaque salarié du plan d’amélioration. L’accent est mis sur la prise de conscience du caractère sensible des composants fabriqués, du respect des procédures et de la traçabilité ainsi que le devoir d’intégrité et de transparence. Une auto-évaluation de la culture de sûreté a été réalisée en février 2017 : ses résultats orienteront les actions de formation et de sensibilisation au premier semestre 2017.

2017 : une année décisive pour l’usine AREVA NP du Creusot

2017 verra le lancement des fabrications des gros composants pour le projet EPR d’Hinkley Point C au Royaume-Uni. C’est un enjeu majeur pour la filière nucléaire et pour AREVA NP qui fournira la chaudière nucléaire, le système de contrôle-commande et les premières recharges de combustible. Ses trois sites de fabrication au Creusot, à Saint-Marcel et à Jeumont sont concernés. Le programme de reprise de la fabrication des gros forgés au Creusot a commencé courant mars par le forgeage de deux pièces d’essai, une branche et une virole. Ces deux pièces attesteront de l’efficacité des actions du plan. Le client d’AREVA NP en suit pas à pas les étapes de fabrication. L’ensemble des équipes du Creusot est mobilisé pour garantir le succès de ces opérations.

Credit Photo @ Robert Prat

Source :

http://www.sfen.org/fr/rgn/fabrication-dequipements-lourds-le-creusot-en-pleine-evolutionta/Reuters

Posted in Entreprises.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *