Avec MetalValue et Manoir, Pîtres devient capitale de l’acier (FR)

Share on Facebook3Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn17Pin on Pinterest0Email this to someonePrint this page

D’ici 2018, la fonderie centenaire Manoir industries va accueillir sur son site de Pîtres (Eure) MetalValue Powder, qui transformera l’acier liquide en poudre pour des pièces de haute qualité. La fonderie Manoir industries fabrique des matériaux spéciaux, comme ces tubes de quelques centimètres de diamètre et de trois, quatre ou six mètres de long destinés aux fours de la pétrochimie (vapocraquage et vapoformage), qui sont soumis à des températures de 900 à 1 500 °C avec une pression de 30 bars.

« Dans ces conditions extrêmes, l’acier standard ne tiendrait pas », explique Benjamin Fournier, jeune directeur général adjoint de Manoirs industries, la fonderie des matériaux spéciaux à Pîtres, dans l’Eure. « Dans les années 70, Manoir a mis au point des matériaux spécifiques,
les Manaurites, avec une composition précise : 35 % de nickel, 25 % de chrome, du tungstène, du titane… Et seulement 15 à 40 % de fer. »

Actionnaire chinois

Ces tubes sont fabriqués par centrifugation : l’acier liquide est injecté dans une coquille cylindrique qui tourne à haute vitesse. En refroidissant, l’acier durcit sur la paroi.

Manoir produit 200 tubes chaque jour, 40 000 par an.

Cela représente 80 % du chiffre d’affaires de l’une des plus anciennes fonderies françaises, qui fête cette année son centenaire. Les autres 20 % sont des pièces de fonderie obtenues avec des moules en sable traditionnels : des robinetteries, vannes et canalisations pour le nucléaire ou plateformes pétrolières. Outre la pétrochimie, les clients de Manoir industries sont EDF, l’aéronautique, le ferroviaire (rails), le BTP, la Défense…

C’est grâce à la présence de cette fonderie en Normandie que va s’implanter la nouvelle société MetalValue Powder (lire ci-contre). Pour transformer l’acier liquide en poudre d’acier, un filet à 1500 °C s’écoule dans un cylindre vertical. Il est réduit en poudre par atomisation au gaz. Avantage de la poudre sur l’acier liquide: plus pur et plus homogène, il permet de fabriquer des pièces plus complexes, de plus haute qualité, sans défaut et plus résistantes.

Depuis 2013, Manoir industries revit et a créé une centaine d’emplois à Pîtres pour un effectif de 430 salariés aujourd’hui, et 80 intérimaires. Elle revient de loin, longtemps à la merci d’actionnaires et d’un fonds de pension américain qui recherchaient davantage des dividendes qu’à investir.

Jusqu’à ce que Yantai Taihai, n° 1 du nucléaire civil chinois, ne prenne la totalité du capital en 2013 et investisse 80 millions d’euros en quatre ans, dont sept en 2016 dans la rénovation de la fonderie. Sans délocalisation de l’activité, ni transfert de technologie.

Depuis, Manoir industries a pris le contrôle des chaudronneries du groupe CTI : Agriandre à Conches (Eure), ACDN à Agneaux (Manche) et ACPP à Digulleville près de La Hague.

« Pîtres est l’un des neuf sites du groupe Manoir, dans le monde : en France, au Royaume-Uni, en Inde et en Chine. Il emploie 1 500 personnes, réalise un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros dont 80 % à l’export, détaille Benjamin Fournier, qui fut cinq ans chercheur au Commissariat à l’énergie atomique. Nous maîtrisons tous les métiers de la métallurgie, de la forge et de la chaudronnerie. Ce sont des produits à haute valeur ajoutée. Les tubes et pièces sont tous contrôlés rigoureusement. Aucune fissure sur une soudure ou porosité des tubes ne peut être tolérée.»

MetalValue : une deuxième usine en Normandie

 Metalvalue Powder de Paris a choisi Manoir industries pour produire une poudre d’acier avec les excédents d’acier de la fonderie de Pîtres. La première pierre sera posée fin 2017 pour une ouverture prévue en octobre 2018, avec une cinquantaine d’emplois à la clé.

L’entreprise envisageait de construire une usine dans l’Est de la France pour fabriquer des pièces à partir de cet acier en poudre. Finalement, c’est en Normandie, près de Louviers (Eure), qu’Alain Honnart, le PDG, a décidé d’implanter cette usine. « Ce n’était pas économique et écologique de faire 500 km pour fabriquer des pièces à partir de la matière première produite en Normandie. »

C’est donc un coup double pour la Région, à la manoeuvre, pour attirer MetalValue sur son territoire. Cinquante autres emplois sont prévus près de Louviers. « Nous voulons construire cette deuxième usine simultanément à la première », prévoit Alain Honnart.

La production de poudre envisagée à Pîtres est de 40000 tonnes par an, soit ce qui est produit aujourd’hui dans le monde. Manoir industries, qui fournit l’acier, va investir, s’agrandir et créer une trentaine d’emplois au fur et à mesure de l’augmentation des volumes.

Au total, entre les deux usines MetalValue et l’extension de Manoir, ce sont quelque 130 emplois qui devraient être créés.

Les pièces fabriquées à partir de cet acier plus pur vont de 50 grammes, comme un boîtier de montre à quelques tonnes. Les raccords, écrous, pignons sont destinés à l’automobile, aux appareils à pression, à la chimie ou à l’aéronautique. La future usine de Louviers fabriquera des pièces pour le médical.

« Avantage de la poudre sur l’acier liquide traditionnel : c’est une fabrication additive, d’ajout de la matière, explique Alain Honnart. Il n’y a plus d’usinage pour retirer de la matière. Autre avantage : on économise de l’énergie : entre 4 et 8 kWh par kilo de métal. En produisant beaucoup, nous ferons baisser les coûts et serons plus compétitifs. »

MetalValue a pris 90% du capital d’une start-up suédoise qui avait breveté ce nouveau procédé : «Nous avons rapatrié les brevets en France et commencé à fabriquer les pièces à Saint-Étienne (Loire) dans le groupe Meyer, dans lequel nous sommes aussi devenus majoritaires.

Source :

http://www.ouest-france.fr/normandie/eure-avec-metalvalue-et-manoir-pitres-capitale-de-l-acier-4855153

 

Posted in Entreprises.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *