Aubert & Duval Pamiers : le berceau des pièces mythiques (FR)

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn70Pin on Pinterest0Email this to someonePrint this page

 

Nous avons consacré de nombreux articles à l’histoire de l’Usine qui fête ses 200 ans. et tout particulièrement aujourd’hui et demain. Dernier volet aujourd’hui les productions qui ont marqué son histoire depuis 1945. Qui sait que le train d atterrissage de Concorde a été conçu et réalisé à Pamiers entre les murs de l’Usine ? Une pièce mythique, parmi tant d’autres qui ont marqué l’histoire industrielle depuis 1945, nouveau départ pour l’Usine après la guerre. En 1946 démarre l’activité d’une presse dont la puissance atteint la valeur, exceptionnelle en Europe, de 20 000 tonnes ! Elle était destinée au départ à la fabrication de pales d’hélices pour les avions qui équiperont notamment les emblématiques Noratlas. L’atelier des pilons jusqu’aux années quatre-vingt fournit des essieux de poids lourds, des fusées avant, des arbres de roues notamment. De même, l’industrie pétrolière s’approvisionnait ici en bras de tricônes et mollettes pour les têtes de forage. L’énergie était aussi cliente. C’est ainsi qu’on peut voir à l’usine marémotrice de la Rance des turbines Kaplan dont les pales viennent de Pamiers ! Nombre de turbines à gaz Alsthom sont équipées d’ailettes matricées à Pamiers, ainsi que des disques de turbines ou compresseurs. L’industrie nucléaire a elle aussi profité du savoir-faire «made in Pamiers. L’armement n’est pas reste : exemple des éléments de tourelles pour les chars Leclerc, des galets de roulements pour chenilles et autres produits… Une fabrication majeure a été la fourniture de frettes amagnétiques, anneaux servant à fixer les enroulements sur les rotors d’alternateurs.

Ces pièces étaient élaborées dans un acier bien particulier, le NMF (Non Magnétique à Froid) mis au point à Pamiers.

Des hélices de sous-marins au train d’atterrissage de concorde

Dans les produits prestigieux, n’oublions pas les productions de la fonderie telles les volutes de pompe primaire pour les sous-marins nucléaires, les hélices matricées de ces mêmes sous-marins… Sur les chemins de l’Histoire on retrouve aussi les arbres porte-hélices du prestigieux paquebot France. La liste est longue de ces produits issus de SMI, SFAC, puis Creusot-Loire et enfin C3F (groupe Usinor) jusqu’en 1989. C’est l’époque de l’intégration de la société Ariélor qui produisait des tubes centrifugés, l’évolution de l’Aciérie avec la coulée sous vide, le four porté à 38 tonnes, l’investissement dans un four de refusion sous laitier, la modernisation de la presse de 20 000 tonnes est son pilotage précis par ordinateur à partir de 1982.

En revanche, ces années ont aussi vu la fermeture de la fonderie et des laminoirs, ces derniers ayant amené à la fin de la fabrication des pièces telles que les essieux, les fusées, qui étaient matricées à partir de barres laminées.

Recentrage industriel

Le recentrage s’est produit sur les produits aéronautiques tels que les trains d’atterrissage, les pièces de structure comme des éléments de supports de réacteurs, les éclisses de voilure (jonction entre le fuselage et l’aile), produits sous la 20 000 tonnes puis, à partir de 1976 sous la 65 000 tonnes d’Interforge Issoire (1).

En 1982, un Atelier de Recherche et Développement Matriçage est créé pour l’étude de matériaux nouveaux et de leur mise en œuvre.

Les pièces aéronautiques deviennent le fer de lance de la production dans la suite des trains d’atterrissage de Concorde, des Airbus A300… Puis viennent les pièces moteur telles les disques de turbines et compresseurs… On est déjà dans l’histoire moderne de l’Usine, dont la grande presse d’Airforge, construite voilà une dizaine d’années, marque un nouveau départ pour l’entreprise…. et aussi pour Pamiers.

1) Créée en 1974 par Creusot-Loire et Péchiney (Forgeal) pour 90% et la SNECMA et Aubert et Duval comme partenaires pour 10%.


L’énergie et l’aéronautique, les deux marchés principaux de l’Usine

Filiale du Groupe Eramet au sein de la branche Alliages, Aubert & Duval (A&D) conçoit des solutions métallurgiques de pointe sous forme de pièces ou de produits longs pour les projets des industries les plus exigeantes : aéronautique, énergie, aciers d’outillages industriels, compétition automobile, médical…

Le cœur de métier de la société consiste à développer, élaborer et transformer à chaud (forgeage, matriçage et laminage, fonderie ou métallurgie des poudres) des aciers spéciaux, superalliages, alliages d’aluminium et alliages de titane, pour répondre aux cahiers des charges les plus exigeants de nos clients.

Aujourd’hui l’usine de Pamiers, renouvelée par l’installation de la presse d’Airforge en 2007, reste dans son corps de métier, mais s’oriente aussi vers des fabrications nouvelles comme l’a indiqué dernièrement Joseph Bertin, le directeur de l’entreprise.

1200 personnes à Pamiers

L’inauguration de l’usine Airforge a été un grand moment dans l’histoire de la ville, car elle a confirmé la volonté d’Aubert et Duval (qui appartient au Groupe Eramet) de développer le site de Pamiers. L’usine emploie aujourd’hui près de 1 200 personnes. L’Usine travaille, en lien avec d’autres établissements du groupe Aubert et Duval sur deux marchés principaux. D’abord celui de l’aéronautique avec la fabrication de disques moteurs en superalliages et en titane, de pièces de structures en acier, titane et aluminium, ainsi que des trains d’atterrissage en acier et titane. Second marché celui de l’énergie, avec la fabrication de turbines à gaz en superalliages. Le site de Pamiers est plus particulièrement dédié aux structures en titane et en acier, ainsi qu’aux disques turbines moteurs. Le pôle matriçage compte parmi ses clients : Airbus, Boeing, Embraer, Bombardier, Messier, Goodrich, Ratier Figeac, Eurocpter, Général Electric, SNECMA, Rolls Royce, Siemens, Alstom…

http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/16/2594740-grande-forge-usine-berceau-pieces-mythiques.html

Posted in Entreprises.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *