ASCOMETAL optimise ses produits de forge grâce à la simulation numérique (CETIM infos)

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Pin on Pinterest0Email this to someonePrint this page

Ascométal utilise la simulation depuis plus de 10 ans, en particulier le logiciel Forge 3, pour lequel l’entreprise a proposé plusieurs évolutions. La simulation de la mise en forme est employée pour l’amélioration des procédés sidérurgiques, et donc des produits, pour toutes les étapes de laminage et de parachèvement.

La simulation est également devenue un outil majeur dans les projets de développement qu’Ascométal pilote avec ses clients forgerons, équipementiers, et constructeurs (développements de nuances pour l’injection directe Diesel, villebrequins ou crémaillères de direction). Entrainement thermique aussi, la compréhension des mécanismes de déformation passe par l’utilisation de la simulation.« Nous sommes présents depuisl’ACR1 ; chacun des projets a été un lieu privilégié de contacts avec des équipes universitaires et des industriels du même métier. Un lieu d’échanges pour les gens qui font de la simulation, qui ont les mêmes soucis et les mêmes besoins, note Joëlle Demurger, chef de groupe recherche, Ascométal Creas. Derrière, chacun est isolé dans sa société. Aussi, pour avoir la bonne approche des projets, se concerter stimule tout le monde. »Joëlle Demurger cite deux développements récents :« Le premier porte sur les défauts dus aux marques de liens. Il a fallu réduire ces marques issues du recuit de globulisation pour les rendre acceptables par les clients. Forge 3 aété utilisé pour étudier la zone de contact lien et fil. L’autre est un développement réalisé en collaboration avec Ascoforge. Nous nous sommes intéressés à la fissuration prématurée des matrices. Pour éviter d’avoir une charge mécanique trop forte, donc diminuer la sollicitation ; il a fallut trouver une meilleure forme d’ébauche. Ascoforge a obtenu un gain de 11 %sur l’effort total de forgeage et de 17 %sur la pression maximale, dit-elle. Sur l’ensemble de la production (en augmentation de 30 %),52 matrices de moins ont été consommées (261 au lieu de 313), soit un gain de 18 980 euros. »Ascométal continue aujourd’hui d’échanger avec Aubert & Duval, chacun dans leur métier, sur les lois rhéologiques.

Posted in Non classé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *